OPTI-MA!

Fin 2014, dans le cadre des mesures OPTI-MA, le Parlement des Jeunes de la République et Canton du Jura a été supprimé. Ce fut un événement symboliquement fort pour la jeunesse jurassienne, représentant une atteinte à la liberté de parole et à l’investissement de la jeunesse au niveau cantonal. Ceci même alors qu’en Suisse, de plus en plus de cantons adoptent un Parlement de jeunes. Cette suppression a été d’autant plus dommageable qu’une réforme avait été envisagée et que plusieurs idées de dynamisation du Parlement avaient été évoquées.

FACEBOOK

Deux anciens députés de l’Ancien Parlement des Jeunes, Ludovic Morel et Jessica Wiser, ont formé une page Facebook afin de mobiliser les jeunes et faire entendre leur voix. Cette page, intitulée « Pour que les jeunes jurassiens conservent un parlement » a totalisé plus de 200 « j’aime » en l’espace d’une semaine.

LES BASES

Avec l’aide du délégué interjurassien à la jeunesse, un groupe de jeunes à vu le jour dans le but de créer un nouveau Parlement de la jeunesse sous la forme d’une association privée.

Il a été décidé de ne pas reprendre la forme du Parlement de la jeunesse tel qu’il existait auparavant. Le but visé était, avant tout, de faire un Parlement qui correspondait aux envies et aux besoins des jeunes. Ce qui était le problème majeur de l’ancien Parlement de la jeunesse.

Le groupe de travail comprenait un « noyau dur » de quatre personnes. D’autres jeunes ont participé de manière moins importante ou ont manifesté leur enthousiasme quant au projet.

LA CRÉATION

Article de presse dans le Quotidien Jurassien

Pendant près de 6 mois, le groupe de travail a enchainé les séances de travail afin de consolider les bases qui avaient été posées. L’AdJJ fut créée sous forme d’association privée ad-hoc à but non lucratif le 23 mai 2015.

Par la suite, les membres fondateurs de l’AdJJ, ont travaillé durant une année afin de recruter de nouveaux membres, mais également d’élaborer le fonctionnement des Assemblées

LA CONSTITUTION

Le 12 mars 2016, l’Assemblée constituante a réuni 20 membres à Bassecourt. Les membres ont élu le premier bureau, ratifié les statuts ainsi que le règlement interne et participé au premier débat.

L’AdJJ est née et fut rapidement reconnue d’utilité publique.